Un jour, j’ai commencé une collection de carnets

C’était en 2002. Je venais d’emménager à Lille. Je ne savais pas que j’allais développer une addiction quand j’ai commencé celui des « j’aime / j’aime pas ». Depuis je suis devenu accro. J’aime les motifs, les textures, les tailles différentes, les collections. Ensemble ils sont mignons. Je me réfrène mais j’en ai beaucoup. Avec chacun son « utilité ». Si on peut dire. C’est comme si je pressentais qu’un jour j’allais perdre la mémoire. Et qu’en prévision je consignais tout. (J’espère pas.)

collection-carnets

Tous mes carnets sont des carnets « de quelque chose ». Parfois ils fonctionnent. Parfois j’écris une fois dedans et je les oublie. C’est le cas par exemple de  « Mon cahier des Ah ah du passé », qui a juste deux entrées : « collectionner les billes de cartouches d’encre » et « Les élastiques des fuseaux pantalons : pourquoi ? »

Parfois j’ai besoin d’écrire un truc utile et j’entame un carnet. En notant des trucs inintéressants du coup. Je n’aime pas trop ça car j’ai l’impression de le gâcher. Pour ça j’ai des cahiers « du moment ». Leur fonctionnement est différent. Et je ne les conserve pas forcément.

J’ai un cahier des « Fausses croyances orthographiques et autres », que j’enrichis au gré des propositions : l’arcette / le cordon bilical / Salvatore et Adamo (qui bizarrement se déplace seul) / la cire humaine / perdre les os / « mais faut pas me colle(r) à la peau », etc.

J’ai des cahiers de vacances. J’ai inauguré récemment « Mon cahier de Lanzarote ». Qui contient des trucs et citations de conversations tout à fait inintéressantes. Il me rappelle des moments de vacances précis. J’aime bien. Comme les enregistrements audio que j’ai pu faire au Québec. Ah oui j’ai deux carnets Québec et un Pérou-Bolivie. J’ai perdu les autres.

J’ai un cahier d’idées, inauguré le 06/11/09 :

  • Au lieu d’ajouter seulement « Cette photo a été retouchée », préciser pendant combien de temps. => Photo retouchée pendant 64 heures
  • Nouveau concept pour rendre le rugby plus accessible et intéressant pour les femmes : remplacer les maillots par la nudité. Tatouages au henné pour indiquer les noms et numéros des joueurs.
  • Idée pour les skieurs à bosses : se faire enlever les genoux en début de carrière, les remplacer par des ressorts. A la fin de sa carrière, remettre ses genoux intacts.

J’ai un carnet de « fautes d’orthographe repérées dans des documents imprimés ». J’aime surtout les débusquer dans des vrais bouquins. Relu et rerelu par des relecteurs professionnels. C’est moins fun dans les menus des restaurants chinois.

J’ai un carnet d’inventions, dont font partie le parapluie « Boule de pluie », la sonnerie olfactive ou la crème solaire en poudre.

Un carnet d’ « aliments non aimés », sur lequel je n’arrête pas de rayer des aliments. Car je deviens grande et que mes goûts s’élargissent de jour en jour.

Un cahier de pensées : « Peut-on péter en regardant quelqu’un droit dans les yeux ? »

Un carnet de phrases débiles : « On est sur le même piédestal ».

Le carnet d’Isabelle Tanguay. Mon personnage dans « Les muses orphelines ».

Un cahier d’apprentissage :  Avec une explication imagée du moteur à 4 temps par Monsieur.

Un cahier d’impro. Forcément. Avec quelques résumés de cours et idées d’exercices. Et intercalaires maison.

Un carnet de petites joies : Arriver à la poste à 17h59 juste à temps pour remettre mon courrier en main propre au mec qui vient de relever le courrier.

Un carnet de vins, où je fais état de mes super commentaires de dégustation. Si on le retourne, on découvre un carnet de bières.

Un carnet de rêves. Que j’oublie souvent de remplir.

Un carnet de trucs marrants dits par les enfants : « Rudy, est-ce que tu t’aimes ? »

Un carnet de citations : « – Pourquoi je dois mentir ? – Parce que si tu dis la vérité, ils vont croire que tu mens. »

Et mon plus rempli, évidemment, c’est celui des j’aime / j’aime pas. C’est le plus ancien, il doit avoir 12-13 ans. Entre autres, j’aime :

  • Regarder les gens écrire, surtout les gauchers.
  • Dans le train, croire qu’on a démarré alors que c’est le train du quai d’à côté qui roule dans l’autre sens.
  • Acheter des vêtements, finalement aller les rendre et me sentir riche.
  • Les grosses chips pas cassées
  • Le « crac d’un glaçon quand on le met dans l’eau »

J’aime pas :

  • M’asseoir sur un siège déjà chaud.
  • La fin du Magnum, quand les dents et la langue touchent le bâtonnet en bois.
  • Manger le dernier Maltesers sans le savoir, replonger ma main dans le paquet et revenir bredouille.
  • Hésiter à courir pour choper le métro. Ne pas courir. Puis finalement courir et quand même le rater.
  • Etre vouvoyée par des filles de 25 ans. Abusé.

J’en ai des pages et des pages et des pages. Et des pages.

Le plus vide, c’est mon cahier du futur. Avec des morceaux de futur dedans. Ou pas. Je sais pas encore. Je vous dis dans 10 ans ! 😀

carnet-citations

carnet-j-aime-pas

carnet-j-aime

carnet-orthographe

carnet-perou-bolivie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s