Un jour, j’ai assisté à une soutenance de thèse

photo

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en me rendant ce 13 décembre à l’École normale supérieure, boulevard Jourdan. Je savais juste que ça allait parler militaires, préparation au combat et sociologie. Et que ça allait durer plus longtemps que Titanic. QUATRE HEURES. J’avais prévu des distractions « au cas où ». À peu près les mêmes que pour mon premier Fest noz. Un casque, un magazine et un téléphone avec de la batterie.

Nous sommes accueillis par Mister T., le futur docteur, copain improvisateur, en personne. Tout fringant. Tout sourire. Ça m’émeut un peu, tiens ! Déception à la découverte du décor. J’imaginais du bois. Partout. Des lampes vertes de bibliothèque. Un amphithéâtre. Le décor de l’oral de Sophie Marceau dans L’étudiante, quoi ! Que nenni : l’oral aura lieu dans une banale salle de classe.  Il y aurait moyen d’améliorer la scénographie : nous les spectateurs ne verrons Mister T. que de dos.

Et c’est parti… la parole est à Mister T. Il nous déballe son introduction. Riche en formules bien trouvées. « En avant ! », « D’ici maintenant » à « demain, ailleurs », ou quelque chose dans le genre. Vraiment très agréable à entendre. C’est débile mais je me sens fière, alors j’imagine pas dans quel état doit être Mrs T., qui a participé activement à cette préparation. Il boit un petit coup. Nous parle de la première partie. Je suis toujours fière, et glisse à Monsieur : « Tu voudrais pas faire une thèse, toi ? » Hop un autre petit coup. Il explique le cheminement de sa réflexion. Utilise plusieurs fois le mot « subsumer ». Un petit coup. Ses doutes, ses questionnements et réorientations… Vingt minutes et sept petits coups plus tard, tous les chapitres sont introduits et la parole est au jury. On applaudirait bien « un petit coup » mais ça n’a pas l’air de se faire.

La parole est ensuite au directeur de thèse, visiblement  fan de son doctorant. Un orateur. Il captive l’assemblée dès la première syllabe. Il pourrait raconter n’importe quoi, je suis d’accord avec lui. D’ailleurs je n’ai pas lu les 700 pages mais je partage son opinion à 100%. Il est épaté par le travail abattu : « Il y a une prouesse et là j’insiste. » Si le fond l’a convaincu, idem pour la forme : « Vous avez un style, mon vieux ! » « Mister T., vous avez un style ! »  Nous glisse que « la sociologie est un sport de combat. » Et que « si les soldats devaient faire des saucisses, le travail serait organisé différemment. »

C’est comme si Mister T. faisait déjà partie de « leur monde », les jurés parlent beaucoup de l’après : cette thèse est « très prometteuse », on l’encourage à la diffuser et à continuer l’investigation.

« Votre oral était d’une qualité excellente. » « Vous vous y êtes mis avec beaucoup de cœur. Ou beaucoup de muscles. » « C’est un matériel empirique exemplaire que vous avez mobilisé. » Le mot « empirique » reviendra très souvent. À égalité avec « subsumer ». Hop c’est reparti : il y a une « originalité théorique et empirique ». J’essaie de mémoriser les citations, ça pourra me resservir dans les dîners. « Faire causer, c’est le talent le plus rare, c’est bien plus difficile que de parler soi-même. » (Jules Renard) « Décrire ce qu’on voit passe encore, mais voir ce qu’il faut décrire, voilà le difficile. » (Lucien Febvre)

Petit regret : il n’a pas de présentation et on ne sait pas qui est qui / qui fait quoi dans le jury. Chacun voit les choses sous son angle donc c’est un peu dommage. Les louanges continuent de pleuvoir : « Vous avez restitué de manière remarquable votre travail post-doctoral. » « Sur la forme, le travail que vous nous livrez est remarquable. C’est une très bonne thèse. » « Vous parlez le militaire 2e langue. »  « Le chapitre 2 est tout à fait passionnant. » Cela me donne très très envie de le lire. Parce que quand même, on n’a pas lu un seul mot sur 700 pages. « Vous évoquez les fouilles. « Mettre les mains dans les fouilles », sans guillemets ! » Olala un oubli de guillemets, bouh, Mister T. ! Les remarques sont pointues, Monsieur me glisse : « En fait les les mecs, ils lisent, hein ! »

J’en passe et des meilleures. Tous n’ont pas les mêmes qualité d’orateur et après seulement une pause en 3 heures 1/2, on commence à fatiguer. Mrs T. a disparu quand Mrs la présidente prend la parole. Contrairement aux autres membres du jury, elle commence par le beurre pour finir par la crème. Si pour elle, « cette lecture a été une épreuve. »  elle a quand même apprécié cette « thèse incroyablement riche et très prometteuse. » « J’ai adoré les passages sur l’autoanalyse. » « Vous vous inscrivez dans un renouveau des sciences sociales avec les approches cognitives. » « Vous m’avez vraiment impressionnée. » « Ça fait énormément penser. » Il y a une « grande inventivité empirique et théorique. » Bim, dans ta face, Mr T. !

Nous sortons pour cinq minutes de délibération, olala, quel suspense ! À notre retour, la présidente annonce sans surprise que Mister T. a décroché le pompon avec sa mention « très honorable avec les félicitations du jury ». Clap clap clap ! Émotion parentale. Direction le buffet. Retrouvailles avec Mrs T., cuisinière en chef. Les yeux mouillés. En mode fierté au top du sommet. J’ai la gorge qui chatouille mais je gère.

En ressortant, deux coupes de champagne plus tard, on n’en sait pas beaucoup plus qu’en arrivant. Si ce n’est que la section Socio de l’ENS n’est pas la plus chic. Que je suis capable de rester attentive pendant quatre heures d’affilée. Et ce malgré une semi-pénombre imposée par la photophobie du directeur de thèse. Mais ce qu’on sait surtout, c’est qu’on a un copain SUPER BALÈZE ! Et que, j’ai pas tout compris, mais je crois qu’on va pouvoir lui demander des certificats médicaux. 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s