Un jour, j’ai travaillé en freelance

freelance-avantages-inconvenients

Être en freelance, c’est ne pas être obligé de se lever quand il fait encore nuit et qu’on a pas du tout envie, c’est poser ses congés sans problème, vivre (presque) à son rythme… mais c’est aussi faire de la comptabilité, ne rien comprendre à son statut et passer  beaucoup de temps avec soi-même. Tour d’horizon !

LES TRUCS CHOUETTES COOL FUN FLEX KIKOU LOL :

  • Pouvoir imposer son rythme et sa façon de travailler. Yeah !
  • Pouvoir dire « non » à un nouveau projet quand on est déjà sous l’eau.
  • Ne pas être obligé(e) de travailler sur un projet qu’on ne sent pas ou qu’on ne maîtrise pas.
  • Rencontrer les clients en direct, sans le filtre du « chef de projet ». Et donc avoir les retours en direct. Avec une grande joie quand ils sont super positifs. 😀
  • Pouvoir manger ce qu’on veut le midi, genre des légumes, le truc impossible à faire quand on déjeune à l’extérieur,  à moins de ramener sa « gamelle », mais bon… PRÉPARER sa « gamelle » ?!
  • Ne pas être obligé(e) de quitter son nid douillet quand il fait tout gris ou qu’il pleut très fort.
  • Faire ses courses en 5 minutes chrono et croiser plein de mamies.
  • Faire du shopping en plein après-midi sans faire la queue aux cabines d’essayage.
  • Ne pas devoir écouter les anecdotes sur les enfants du boss en faisant semblant d’être intéressée.
  • Ne pas être dégoûté(e) de devoir bosser tard (parce qu’évidemment, on a pu faire du shopping en plein après-midi sans faire la queue aux cabines d’essayage).
  • Aller voir des expos en semaine. Quand c’est pas (trop) blindé. (Éviter le mercredi, grosse affluence de profs qui savent tout sur tout et qui le disent FORT).
  • La liberté de faire ce qu’on veut quand on veut, dans la limite des contraintes horaires imposées par le client qui lui, ne fait pas ce qu’il veut quand il veut. Mais bon, on peut toujours « être en rendez-vous »
  • Pouvoir poser un jour de congé sans difficulté, le boss étant trèèès conciliant.
  • Ne pas subir les mauvaises humeurs des autres.
  • Passer la journée à la maison en chaussons.
  • Ne pas être obligé(e) de se laver (je rigole).

LES TRUCS MOINS FUN :

  • Devoir faire le commercial. Savoir imposer ses tarifs.
  • Pas de 13e mois ou de prime de coolattitude-performance-ancienneté-noël.
  • Ne pas avoir de sécurité de l’emploi ou de chômage. Du tout.
  • Gagner certains mois 5 000 euros et d’autres fois 500.
  • Devoir faire des factures et des relances.
  • Ne pas avoir d’avis extérieur sur ses maquettes. Une potentielle énorme perte de temps.
  • Avoir des collègues Skype, pas terrible pour aller déjeuner à l’extérieur.
  • Faire de la comptabilité et régler des cotisations.
  • Devoir faire face à la Maison des artistes, une maison vampirique au fonctionnement très compliqué. Avec autant de versions d’informations que d’interlocuteurs.
  • Faire face aux impôts et au contrôleur qui connaît encore moins bien votre statut que vous.
  • Avoir encore sa « voix du matin » à 13h parce qu’on n’a pas encore dit un mot.
  • N’avoir personne à qui montrer ses nouveaux achats vestimentaires (ouais, dur !).
  • Déjeuner tout seul devant la Nouvelle édition ou pire, Toute une histoire !
  • Pouvoir avoir des journées très ennuyeuses quand on ne croule pas sous le boulot. Bah oui, c’est compliqué de papoter avec ses collègues quand on n’a pas de collègues, ou que la collègue Skype ne veut pas répondre.
  • Aller voir des expos en semaine, oui, mais tout seul. 😦
  • Ne pas sauter de joie quand c’est le week-end parce que tout se mélange beaucoup plus quand on est aussi chez soi le samedi.
  • Idem pour les vacances, n’avoir personne à narguer quand on part en laissant les autres bosser pour nous.
  • Ne pas avoir de collègues qui vous racontent leurs soirées, galères, plans ciné, spectacles, vies…

Bref, vous l’aurez compris, le gros point noir pour moi, c’est la solitude. Ceci dit je ne serais pas prête du tout à renoncer à ma liberté d’emploi du temps… devoir aller bosser en agence quand on a rien à faire, c’est bien pire. J’en connais même une qui fait « semblant d’écrire des mails » toute la journée parce qu’elle a honte d’être aussi désœuvrée. Moi quand je suis désœuvrée, je fais une sieste et personne n’y trouve rien à redire ! 😉

Image © Angel by Luis Prado from The Noun Project

Publicités

Une réflexion sur “Un jour, j’ai travaillé en freelance

  1. Pingback: Un jour, j’ai réclamé une nouvelle ligne de métro à la RATP |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s