Un jour, j’ai fait l’expo « Le Kâma-Sûtra » au pas de course

pinacotheque-kama-sutra

2 novembre 2014. Opération culture. Direction La Pinacothèque et son expo « Le Kâma-Sûtra : spiritualité et érotisme dans l’art indien ». Joie à l’arrivée : pas de file d’attente, ce qui est trèèès rare dans la capitale. « Bonjour, voici votre audioguide, bonne visite ! » Oh bah un audioguide gratuit, je dis pas non, cool ! « Vestiaire » gratuit, wouuu c’est la fo-lie !

La densité de visiteurs est « à l’indienne » => il y a du monde ! On se met où on peut pour écouter la longue introdioguidée. Arrivée dans la 1re salle. BEAUCOUP de texte à avaler. Non mais vraiment BEAUCOUP DE TEXTE. Je ne vais peut-être lire les blablas dans toutes les salles… si je ne dois en lire qu’un, ce sera celui-là… (À la 2e colonne j’en ai marre. Je me force). Je note que le Kâma-Sûtra n’est pas un livre pornographique tel qu’on le voit par chez nous, mais un texte majeur de l’hindouisme. Qu’il évoque beaucoup d’aspects de la vie en société : le rôle de la sexualité dans l’épanouissement des hommes et des femmes, l’éducation des jeunes gens, les conditions de réussite du mariage, le rôle des amants et des courtisanes… Que si « Le dieu chrétien est amour. Le dieu indien fait l’amour ».

BLABLA

Alors, les audioguides gratuits, c’est très bien. Sauf que, ça signifie que, vu la longueur des explications, tout le monde va squatter pendant 4 heures le nez collé à la même œuvre. Si tu veux « juste voir », bah tu peux pas. Tu vas dans la 2e salle en espérant que ce soit un peu moins dense. Et là, tu découvres ça :

blabla2

Seriously ? Genre tu as besoin d’avoir autant de détails ? Juste pour cette salle ? Un résumé de 10 lignes, c’était pas possible ? C’est con parce que ces 10 lignes tu les aurais lues, mais là tu as juste envie de faire un gros fuck au petit malin qui a pondu ça. Ça engendre bien sûr des bouchons de folie. Et c’est vraiment très irritant. À tel point que Monsieur me dit « Bon, je vais aller prendre un café, on se retrouve à la sortie ? » Ça me fait un peu mal parce que c’est moi qui ai payé les 13 EUROS PAR PLACE mais je suis assez tentée moi aussi… J’essaie mollement de le motiver et le convaincs finalement de faire la visite en accéléré.

« On voit » serait un peu exagéré, disons qu’ « on passe » devant des dessins coquins. Du texte. Des positions acrobatiques. Expliquées avec du texte. Des statues en bois. Hop un pavé de texte. Des lingam. Vous reprendrez bien un pâté de texte ?! Des femmes avec des chevaux, des yoni, des dieux, du texte, du texte, du texte… rien de très surprenant ou nouveau si ce n’est la densité de texte. On se dit qu’au vu de la Bible qu’il aurait fallu avaler, on est bien contents d’avoir capitulé dès la 2e salle. Qu’on a déjà vu tout ça en vrai en Inde à Khajurâho. Que c’était il y a seulement il y a 4 ans. Que 4 ans, c’est peu pour digérer l’Inde. Que ça reste associé à un souvenir de vacances « moyen », avec des indiens très stressants. Et que quand même, c’est peut-être un peu pour ça qu’on est aussi tendus.

Bref, si ça se trouve c’était super intéressant hein… il fallait avoir le courage. Du coup, l’info du jour, c’est que « Le Kâma-Sûtra : spiritualité et érotisme dans l’art indien » en 10 minutes chrono, c’est possible. Même si ça fait un peu cher la minute…

Ça vous a donné envie ? C’est jusqu’au 11 janvier 2015 à la Pinacothèque. 8, rue Vignon dans le 9e. Vous m’en direz des nouvelles ! 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s