Un jour, j’ai dormi dans un hôtel bien trop chic pour moi

Après avoir passé quatre nuits en chambres d’hôte et surtout une semaine sous la tente par -12°C et des bruits de karting incessants, quoi de plus normal que de vouloir se faire un peu plaisir sur les derniers jours de vacances ? Bim, on est foufous, on réserve deux nuits au Château de Siran, 119 euros la nuit. On rigole bien, enfin surtout moi, en imaginant tous les comportements de riches qu’on va pouvoir adopter, petits doigts en l’air et tout le tralala.

chateau-de-siran-critique

On gare la Twingo toute dégueu entre une Mercedes et une Audi rutilantes, bim, on est arrivés. Rencontre avec le maître des lieux. Incroyable, à sa vue, ma colonne vertébrale se redresse. Le bien de mon dos voudrait que cet homme soit tout le temps dans mes parages (pas ma santé mentale, cf plus loin). Je marche avec classe (si si) et mes mains veulent absolument se croiser sur mes genoux dès que je suis assise. Le dos qui ne touche même pas le dossier, la baronne de Rotschild serait impressionnée. Impossible de parler normalement, je souris gracieusement et dis oui à tout ce qu’on me propose.

Notre hôte insiste pour porter nos bagages jusqu’à nos appartements. Grande classe en extrayant mon sac à dos de rando 50 litres décathlon de l’auto blindée d’affaires de camping. Arrivée dans la (grande) chambre. Pas mal. Peut-être un peu « trop ». Les prospectus, le « livre d’accueil », le minibar, tout est calculé au millimètre. Je compare intérieurement avec les photo que j’ai vues sur le site et je joue au jeu des 7 différences.

siran-vignes

1 / Vous ne verrez jamais cette vue, vous ne serez pas du tout en pleine campagne. Le château se situe au beau milieu du village, c’est le bâtiment au fond de la photo. Séparé des vignes par une haie. Une haute haie qui bouche toute la vue.

chateau-de-siran-piscine

2/ En regardant vite fait, j’ai vraiment cru que le truc gris sur la photo était un plongeoir. Ahem… en fait la piscine, si chère à mon cœur (c’est-à-dire de priorité 1, avant le lit), est conçue pour des minipouces. Elle fait 4 mètres sur 3 et 1 m de profondeur. Bye bye le plongeoir. Elle est entre 4 murs et on doit partager les 20 m2 de terrasse avec des francophones… Autant dire qu’on ne peut pas parler.

3/ Vu que 2 brasses = 1 « longueur », il y a la fonctionnalité « nage à contre-courant ». Le truc de riche par excellence, que tu utilises dans la piscine de ton bateau. Évidemment je teste. Déception. Ça fait un bruit de fou furieux. Et OK, tu recules à chaque mouvement, mais ça signifie que ton maillot voltige en 2×2 et que tu te retrouves à moitié à poil en 15 s chrono. Dans une piscine de 4 x 3 mètres. Avec des inconnus. Et une terrasse de 20 m2.

4/ Notre hôte est tellement serviable qu’il a l’air complètement psychopathe. Sérieusement, j’ai l’impression qu’il se déplace par la pensée. À chaque fois que je vais quelque part, il apparaît. Si je fais demi-tour, il est encore là. Il est partout. Il se dédouble. C’est l’agent Smith. Ses interventions  me mettent mal à l’aise : il veut savoir si j’ai besoin de quelque chose, si tout va bien, ce que j’ai fait dans la journée, si c’était bien, si on veut réserver pour le repas, bonne journée, merci. Aaaaaah !

5/ C’est con mais l’oreiller est trop dur. Hôtel chic, j’ai un minimum d’exigences.

chateau-de-siran-cour

6/ On a l’impression que c’est grand, non ? C’est moi qui débloque ? Je ne vais pas mettre toutes les photos de leur site mais il y a des transats, des bancs, des chaises (2 transats, 1 banc, 4 chaises) et on a l’impression qu’on va pouvoir profiter du dehors. Que nenni ! C’est petit, je l’ai dit, et en plus, l’agent Smith peut surgir à tout moment. La devise de l’établissement : « Jamais tu ne verras 2 mégots dans le même cendrier ». On préfère aller au Minervois, le PMU cosy du quartier (et sa jolie terrasse, photo 2).

C’est à peu près tout ce que j’ai à redire.

Le premier soir nous testons le repas sur les lieux. Menu unique, sur réservation uniquement. Surprise du chef, qui passe nous faire coucou à la fin du repas (la seule personne « normale » qui bosse dans cet établissement). L’agent Smith prend les commandes. On croirait qu’il a commis un crime quand il revient vers nous : « Je manque à tous mes devoirs. Voulez-vous commander de l’eau ? » Ah ah, tu parles, on s’en fout de ta flotte. =p

restaurant

C’est charmant sinon, hein…

Il y a une serveuse Smith en devenir. Elle est gentille mais ses manières sont quand même un peu perturbantes. Dès qu’elle fait la moindre chose, elle nous remercie. C’est-à-dire que quand elle enlève les miettes de notre table, elle dit « merci », quand elle pose la corbeille de pain, elle dit « merci » . La nana, quand on lui dit « merci », elle dit « merci ». C’est le dernier « merci » qui gagne.

Le soir suivant, le restaurant est fermé. L’agent Smith inquiet nous demande si on sait où dîner. Bah on va aller au Minervois hein. On va manger des rillettes et des frites. On va pouvoir parler à haute voix. Et on va se sentir bien plus à l’aise que chez toi.

Si vous voulez tester :
» Château de Siran

Photos © Château de Siran

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s