Un jour, j’ai collé des affiches de spectacle

affiche-la-boite-spectacle

Rentrée 2.0 de La Boîte Le spectacle. Démarrage assez rude. Peu de réservations. Taxe d’habitation. Frais de rentrée.  Taxe foncière. Taxe, taxe, taxe… Retroussage de manches. Nous amorçons le plan de secours, « virage com » à 180°. Commande d’affiches et de rouleaux de Scotch®. La Boîte. Nous sommes prêts. 😉

Je rejoins JP, nouveau dans l’affichage urbain et pourtant déjà bien aguerri. J’ai l’impression que c’est mon premier jour de stage,  je ne sais pas comment ça marche et je ne suis pas douée pour repérer les endroits où on peut afficher. Pas grave,  il a l’œil, a déjà fait des repérages dans tout le 18e et, professionnel, a même profité du trajet en ma direction pour coller plusieurs affiches. Il est déterminé et connaît bien son sujet. Il sait quelle affiche a été collée quand et à combien d’exemplaires elle a été tirée. Il me parle plusieurs fois de la « déontologie » qu’il s’est fixée.  Il ne colle que sur les endroits déjà envahis : murs, laveries, colonnes, locaux à louer… Pas de colle à papier peint mais du Scotch®. Quelque part, il respecte l’environnement urbain.

JP est content de partager sa tâche. À deux, on est beaucoup plus efficaces. Pendant que l’un sort l’affiche, l’autre découpe déjà les bouts de Scotch® qui vont la fixer. En 30 secondes chrono, l’affiche est collée. Quand les lieux sont occupés, ces quelques secondes gagnées font la différence car vous n’êtes jamais à l’abri de la visite peu agréable d’un propriétaire blasé. On le serait à moins.

Dans l’ensemble nous sommes vraiment respectueux des affiches collées dont nous convoitons la place. Plusieurs fois nous les déplaçons plutôt que de les superposer ou les décrocher. Nous n’avons recours à cette technique que quand c’est absolument nécessaire. Quand il n’y a plus de place, pas d’affiches en double exemplaire, nous sommes OBLIGÉS de recouvrir.

Mon maître m’apprend qu’il n’y a pas de recouvrement possible sans décrochage. Il a testé. Si vous n’arrachez pas l’affiche que vous recouvrez, votre prédécesseur énervé n’aura qu’à arracher la vôtre pour faire réapparaître la sienne. C’est de bonne guerre. Quand vous êtes recouvert, vous faites pareil. Les moments de décrochage sont vraiment tordants car bien qu’expérimenté en la matière, JP est très gêné d’avoir à recourir à cette bassesse. Il a cinq ans, compacte le plus rapidement possible les énormes boules de papier. Comme si de rien n’était. À 1 euro l’affiche, même si c’est de bonne guerre, nous avons quelques remords.

JP-travail

JP en plein travail

Nous quadrillons le quartier et croisons tout le temps les mêmes affiches. Partout. Clairement nous marchons sur les pas d’autres gens qui vendent ou jouent d’autres spectacles. JP trouve incroyable que même les « stars » soient adeptes de l’affichage massif : Billy Rovelli, les Fatal Picards… Révélateur du climat actuel. Nous nous sentons moins seuls.

affiche

Nos spectacles acolytes du jour

À la fin de la session, je suis formée et j’ai déjà l’œil pour repérer les spots.

Le truc cool ?
Revenir sur les lieux du crime 3 jours plus tard et constater que votre affiche est encore là.

Le truc moins cool ?
Constater qu’après 1 heure, elle a déjà disparu. Il y a beaucoup d’emplacements très convoités : la sortie des métros, les rues très passantes…

Le truc frustrant ?
L’impact de ces actions. Impact impossible à mesurer.

Bref si vous croisez une affiche de La Boîte qui a survécu (la mission date déjà d’une semaine), faites-moi signe, ça me fera chaud au cœur. Et je transmettrai à JP.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s