Un jour, j’aimerais aimer le café…

un-jour-je-aimer-le-cafe

Nan mais c’est vrai, ça a l’air trop bien, comme boisson… « Moi, tant que j’ai pas pris mon café, c’est même pas la peine de me parler ». « Un p’ti café ? » « Un kawa ? » « On se prend un café dans la semaine ? » Si t’aimes pas le café, tout ça, pour toi, c’est mort… Sérieusement, à part la Reine d’Angleterre, qui dit « On se prend un thé dans la semaine ? » 

Ça m’énerve, parce qu’il paraît que j’aimais ça quand j’étais petite. J’ai dû être plongée dedans trop tôt. Aujourd’hui, l’odeur, le goût, l’haleine que ça donne, le café chaud, le café froid, le cappuccino, les bonbons, les desserts, tout me dégoûte. Même le chocolat légèrement trop torréfié. Une micro goutte suffit à gâcher n’importe quoi. Un fumet dans une pièce me fait me sentir exclue direct.

  • Aimer le café, c’est pouvoir aller au Starbucks et savoir quoi commander,
    sans devoir rayer 95% de la carte.
  • Aimer le café, c’est avoir accès aux informations non officielles qui ne se partagent qu’à la pause café, la  pause clope, ou la pause café-clopes. Autant te dire que si tu n’aimes pas le café, tu as intérêt à fumer !
  • Aimer le café, c’est aller au Londres et ne pas se poser de questions :
    commander une Guinness.
  • Aimer le café, c’est connaître les codes couleurs Nespresso  et savoir quelle dosette utiliser quand on te demande un déca ou un long : « doré », « violet », « noir » ?
  • Aimer le café, c’est ne pas bouder le dessert quand c’est du Tiramisu. QUI A L’AIR TROP BON POURTANT.
  • Aimer le café, c’est gagner 15 minutes de plus au resto. C’est pouvoir dire « un café, l’addition ».
  • Aimer le café, c’est être plus concentré. Des scientifiques le disent : « en agissant sur les neurorécepteurs, plus exactement l’adénosine, la caféine réveille et permet la concentration. C’est si vrai qu’on en donne même aux prématurés qu’on veut éveiller lorsqu’ils font des pauses respiratoires… »

Le café, c’est une drogue en vente libre à laquelle je n’ai pas accès. J’aimerais être fatiguée et en boire deux litres pour me remettre légalement d’aplomb. Prendre mon petit remontant sur l’aire de repos avant de reprendre le volant. Ne pas être la chieuse qui ne boit que du thé et à qui on propose des tisanes verveine-menthe ou fraise des bois. Être une adulte, quoi.

Photo © pixabay.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s